Dimanche 25 septembre à 10h30

L'atelier-musée d'Antoine Bourdelle

Lorsqu’en 1885 Bourdelle prend ses quartiers au 16 de l’impasse du Maine, au milieu des jardins et des vignes, les ateliers d’artistes sont « aussi nombreux que les brins d’herbe des pavés » – le sculpteur Aimé -Jules Dalou, le peintre Eugène Carrière comptent parmi ses plus proches voisins. Enraciné pendant près de quarante-cinq années dans cette terre des arts, Bourdelle demeure fidèle aux ateliers qui tiennent tout à la fois du laboratoire et du sanctuaire. Au début des années 1920, l’évidence s’impose : la création d’un musée sauvegarderait l’œuvre d’une vie.

 

Résolu à léguer son œuvre « comme a fait Rodin », pour l’établissement d’un musée portant son nom, Bourdelle dessine plusieurs projets de bâtiments au cours de l’année 1928. Il va même jusqu’à imaginer une muséographie où chaque sculpture trouverait sa juste place. Mais le musée imaginé ne sera pas réalisé de son vivant.

 

Cette visite prend place dans le cycle Châteaux-Maisons-Musées. Elle sera conduite par Laëtitia Pierre, docteur en histoire de l'art et ingénieur d'études (UMR 5136, Université de Toulouse – Jean Jaurès et CNRS). Elle enseigne l'histoire de l'art à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'American University of Paris, ainsi que l'histoire comparée de l'art et de la Mode à l'Istituto Marangoni (Paris).

 

 

Réservation : par mail adressé à pariszest@gmail.com, intitulé « Atelier-musée Bourdelle ».
Participation : 5 € pour les adhérents ; 10 € pour les non-adhérents.
Rendez-vous  : 10h30 devant le musée, 18 rue Antoine Bourdelle 75015 Paris.

 

IMPORTANT ! La visite du musée Zadkine est reportée pour des raisons de programmation muséographique.

Samedi 15 octobre 2016 à 11h

L'atelier-Villa de Marie Vassilieff

Les grandes heures de Montparnasse

La Villa Vassilieff, nouvel établissement culturel de la Ville de Paris, est située au cœur de Montparnasse, sur le site de l’ancien atelier de Marie Vassilieff, qui abrita jusqu’en 2013 le musée du Montparnasse. Elle est gérée par Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, qui ouvre son second site d’activités. Conçue comme un lieu de travail et de vie, elle favorise à la fois le mûrissement des idées, les rencontres et le partage des savoirs.

 

Témoin d’un peu plus d’un siècle d’histoire, la Villa Vassilieff incarne un patrimoine culturel et social exceptionnel. Aujourd’hui, elle entend renouer avec l’histoire de ce lieu en invitant des artistes et des chercheurs à poser un regard contemporain sur les ressources passées et présentes de Montparnasse. A travers expositions, séminaires, ateliers, projections et rencontres de toutes natures, la Villa ambitionne de bousculer la place de l’art en société en questionnant notamment le rôle et l’usage qu’on fait du patrimoine.

 

Cette visite prend place dans le cycle Châteaux-Maisons-Musées. Elle sera conduite par Laëtitia Pierre, docteur en histoire de l'art et ingénieur d'études (UMR 5136, Université de Toulouse – Jean Jaurès et CNRS). Elle enseigne l'histoire de l'art à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'American University of Paris, ainsi que l'histoire comparée de l'art et de la Mode à l'Istituto Marangoni (Paris).

 

Réservation : par mail adressé à pariszest@gmail.com, intitulé « Atelier-villa Vassilieff ».
Participation : 5 € pour les adhérents ; 10 € pour les non-adhérents.
Rendez-vous  : 11h devant le musée, chemin du Montparnasse - 21, avenue du Maine (15e).

Samedi 5 novembre 2016 à 11h

Le Palais Galliéra

Musée de la Mode de la Ville de Paris

 

 

 

 

Notre visite sera l’occasion de redécouvrir l’histoire du palais Galliera et de parcourir son exposition temporaire intitulée : «Anatomie d’une collection ». Celle-ci permet de se familiariser avec une partie des collections. L’exposition réunit une centaine de pièces de vêtements et accessoires issus du fonds Galliera pour revisiter la mode du XVIIIe siècle à nos jours.

 

 

Le 15 avril 1878, la duchesse de Galliera manifeste son intention de laisser à l’Etat français sa collection d’œuvres d’art à la condition que cette dernière soit exposée au public dans un musée spécialement construit à cet effet. Le 19 décembre 1895, le palais est inauguré en tant que musée d’Art Industriel. De nombreuses expositions d’arts décoratifs y sont organisées permettant au public de découvrir cette nouvelle forme d’art.

 

En 1954, le Palais Galliera ouvre ses salles aux expositions annuelles du Salon des peintres témoins de leur temps. Les plus grands artistes contemporains du moment se rencontrent dans les salles de Galliera : Utrillo, Rouault, Matisse, Chagall, Buffet, Picasso ou encore Léger, Braque, Kisling, et Gromaire… Chaque année un thème est imposé, en rapport avec l’Homme et son environnement, comme L’Homme dans la ville en 1954, Le pain et le vin en 1965 ou encore La vie des choses en 1973.

 

 

En 1977, changeant à la fois de nom et d’adresse, le musée du Costume devient le musée de la Mode et du Costume de la Ville de Paris en s’installant au Palais Galliera. Autonome, le musée hérite des collections de costumes et d’accessoires jusqu’alors conservées au musée Carnavalet et rejoint ainsi le réseau des musées de la Ville de Paris.

 

 

Réservation : par mail adressé à pariszest@gmail.com, intitulé « Palais Musée Galliera».
Participation : 10 € pour les adhérents ; 12 € pour les non-adhérents (entrée comprise).
Rendez-vous  : 11h devant le
10 Avenue Pierre 1er de Serbie, Rue de Galliera, 75016 Paris.

 

Cliché : Palais Galliéra, square Brignole - Mbzt

Dimanche 27 novembre 2016 à 11h

Musée de la Chasse et de la Nature

Groupe limité à 20 personnes

 

 

 

Inauguré le 21 février 1967 par André Malraux, le musée de la chasse et de la nature est installé dans l’hôtel de Guénégaud, une remarquable demeure du Marais édifiée sur les plan de François Mansart au XVIIe siècle.

 

 

Bénéficiant d'une extension en 2007, ses collections occupent aussi l’hôtel voisin dit de Mongelas, édifié au XVIIIe siècle. Cette exceptionnelle surface d'exposition est consacrée au rapport de l’homme et de l’animal à travers les âges.

 

 

Les collections, antiques, médiévales, modernes et contemporaines ont été réunies par les fondateurs et sans cesse augmentées depuis près d’un demi-siècle. Musée privé, il bénéficie du label « Musée de France » octroyé par le ministère de la Culture et de la Communication.

 

 

Cette visite sera conduite par Laëtitia Pierre, docteur en histoire de l'art et ingénieur d'études (UMR 5136, Université de Toulouse – Jean Jaurès et CNRS). Elle enseigne l'histoire de l'art à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'American University of Paris, ainsi que l'histoire comparée de l'art et de la Mode à l'Istituto Marangoni (Paris). 

 

 

Réservation : par mail adressé à pariszest@gmail.com, intitulé « Musée de la Chasse et de la Nature».
Participation : 10 € pour les adhérents ; 12 € pour les non-adhérents (entrée comprise).
Rendez-vous  : 11h devant le
62 Rue des Archives, 75003 Paris.

 

Cliché : Alexandre-François Desportes, Étude de lévriers, Paris, musée de la chasse et de la nature, Paris, musée de la chasse et de la nature. 

Dimanche 18 décembre 2016 à 11h

Musée Jean-Jacques Henner

Groupe limité à 20 personnes

 

 

Situé dans un ancien hôtel particulier du XIXe siècle, dans le quartier de la Plaine-de-Monceaux (17e ardt), le musée national Jean-Jacques Henner est un musée consacré à l'œuvre du plus célèbre peintre alsacien de l'histoire de l'art français. Né en 1829 et mort en 1905, il a connu une célébrité dans le contexte douloureux de la preste de l'Asace et de la Lorraine après la guerre de 1870.

Le musée national Jean-Jacques Henner un des rares témoignages accessible au public de l’architecture privée sous la IIIe République. Installé dans un hôtel particulier, construit en 1876-1878 par l'architecte Félix Escalier, qui fut tout d'abord la demeure et l'atelier du peintre Guillaume Dubufe (1853-1909), il a sans doute inspiré Émile Zola pour son célèbre roman Nana.

Une partie du décor éclectique de Dubufe est aujourd’hui conservée à l’instar de ses moucharabiehs égyptiens qui donnaient une atmosphère orientale au grand atelier rouge du premier étage. En 1921, Marie Henner, veuve du neveu de l'artiste, achète l'hôtel aux héritiers de Dubufe avec l'intention d'y présenter la collection des œuvres de Jean-Jacques Henner qu'elle s'apprête à céder à l’État. Le musée ouvre au public en 1924.

 

Depuis sa réouverture début 2016, le nouvel accrochage, qui se déploie sur quatre niveaux du bâtiment, montre plusieurs aspects de l’art de Jean-Jacques Henner, présentant à la fois l’artiste à succès et les secrets de l'atelier. Lors de cette dernière campagne de travaux fut justement découverte la très belle mosaïque du jardin d’hiver qui avait été recouverte d’une dalle béton en 1922 par Marie Henner. Les restaurations ont permis de mettre en valeur le jardin d’hiver et le salon des colonnes – espace complètement restructuré avec une nouvelle verrière pour y accueillir un espace d’exposition polyvalent.

Réservation : par mail adressé à pariszest@gmail.com, intitulé « Musée Jean-Jacques Henner ».

Participation : 9 € pour les adhérents ; 12 € pour les non-adhérents, entrée comprise.


Rendez-vous : à 10h45 devant le
43 Avenue de Villiers, 75017 Paris.

 

Clichés : Paris, musée national Jean-Jacques Henner : l'atelier gris - Jean-Jacques Henner, Salomé portant la tête de Jean-Baptiste, Paris, musée national Jean-Jacques Henner..