18 mois d'activité !

Téléchargez notre chronique associative

ParisZ'Est_ Chronique 2017-2018.pdf
Document Adobe Acrobat 14.5 MB

AU PROGRAMME

 

Lundi 1er avril 2019, 19h00

La rue des Immeubles-Industriels

Une rue de Paris en guerre 1939-1945

Conférence de Hervé Deguine

Cette conférence reviendra sur la rue des Immeubles-Industriels qui avait fait l'objet d'une première conférence en 2015. Durant l’entre-deux-guerres, la rue des Immeubles-Industriels, « cité idéale des artisans du meuble », construite en 1873 dans le Faubourg-Saint-Antoine à Paris, accueille de nombreux immigrés italiens, puis des Juifs venus de Pologne et d’Europe Centrale. Lorsque la guerre éclate, en 1939, ces étrangers se portent volontaires pour défendre la France et combattent glorieusement. Après la défaite de 1940 et l’occupation, l’engagement se poursuit dans les rangs de la Résistance, tandis que les persécutions antisémites déciment les familles.

À partir d’archives inédites et de témoignages oraux, Hervé Deguine retrace au quotidien le destin tragique et héroïque des habitants des 19 immeubles de cette rue inscrite dans son ensemble à l’inventaire des monuments historiques. Cette micro-histoire permet de mieux comprendre ce que fut la vie à Paris pendant la guerre.

À l'issue de sa conférence, Hervé Deguine dédicacera son second opus consacré à la rue des Immeubles-Industriels durant la guerre.

Historien de formation, diplômé de Sciences Po et de l’Insead, Hervé Deguine est cadre dans une multinationale française. Il habite rue des Immeubles-Industriels depuis 15 ans.

 

En raison du nombre limité de  places, nous vous prions de bien vouloir adresser votre intention de présence à l'association Paris Z'EST, par mail adressé à pariszest@gmail.com, intitulé "Les Immeubles-Industriels".

Adresse : ACSPN, 119, rue de Montreuil, 75011 Paris.
!!! En complément à cette conférence, une visite de la rue des Immeubles-Industriels guidée par H. Deguine sera proposée ultérieurement. !!!

A VENIR

Versailles : la cathédrale et la rue Royale

Visite sous la conduite de Laetitia Pierre et Christophe Henry


 

-+-+-+-+-

 

ÉVÉNEMENTS PASSÉS

 

Mercredi 20 février 2019, 9h-18h

La mode parisienne. Trois siècles d'art majeur 1715-2019

11e symposium de la mairie du 11, sous la direction de Lætitia PIERRE, Alessandra FANARI et Christophe HENRY, sur proposition de Martine Debieuvre

Fleuron de la cour puis de la société du spectacle, la Mode a de tous temps désigné Paris comme sa capitale, s’appropriant sa vitalité économique et son aura esthétique. Synonyme de grâce, de raffinement et de constant renouvellement des styles, la mode a aussi contribué aux mutations de la ville-lumière. Les grandes artères commerciales exposent depuis la fin du XVIIIe siècle ses œuvres, jadis associés à l’artisanat puis aux Beaux-Arts sous l’influence d’Yves Saint-Laurent et de Pierre Cardin. Avec Jean-Paul Gaultier s’initie dans les années 1980 la synthèse post-moderne de la publicité, du luxe et de la personnalité, remarquablement exposée aux Galeries nationales du Grand Palais en 2015. En réfléchissant tout autant sur le statut de la mode que sur ses matériaux, créateurs et designers parisiens entretiennent la réputation d’un creuset précisément dédié à l’innovation esthétique parmi toutes les autres Fashion Capitals. Depuis l’action séculaire de la Fédération de la Haute couture et de la Mode jusqu’à l’avènement de ses Fashion week, Paris n’a jamais cessé d’attirer les jeunes créateurs en quête d’influence et de reconnaissance. Mais plus que partout ailleurs, notre capitale confère à la Mode le statut d'un art majeur. Ce symposium est l’occasion de faire un retour sur la responsabilité de Paris dans l'invention d’un phénomène sans pareil.

Les Symposium d'Histoire de l'art de la Mairie du 11 sont destinés à un large public d'amateurs, d'étudiants et de curieux. Les conférences proposées, d'une durée de 20 à 30 minutes, sont conçues par les intervenants (professeurs, conservateurs, chercheurs) pour être aisément accessibles et suivies de questions et d'échanges. Aucune formation, réservation ou inscription ne sont nécessaires.

[Crédit photo ©2003 Aldo Fallai]
 

Programme à télécharger

Symposium-11_La-mode-parisienne_20-02-19
Document Adobe Acrobat 183.7 KB

Salle des fêtes de la mairie du 11e

Place Léon Blum 75012 Paris – Métro Voltaire

  Entrée libre, sans réservation, en fonction des places disponibles

 

Samedi 8 décembre 2018, 14h00

Visite exceptionnelle du Vieux Créteil

L'église Saint-Christophe et le colombier

Visite de l'église Saint-Christophe de Créteil, construite entre le XIet le XIIIe siècle et inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques, avec crypte mérovingienne, orgue Merklyn, et possibilité de monter dans le clocher-donjon.


Puis visite du Colombier de Créteil, construit vers 1375, qui est l'un des plus anciens colombiers d'Ile-de-France. 

Sa tour cylindrique s'élève à 15 mètres de haut, et se compose d'une salle basse et d'une salle haute, qui pouvait abriter 1500 couples de pigeons.

Le colombier n'étant ouvert au public qu'un dimanche par mois, l'association "les amis de Créteil" nous en propose exceptionnellement la visite.

 

Dimanche 18 novembre 2018, 9h-11h

Hôtel de la Païva

Visite sous la conduite de Martine Debieuvre

Nous vous proposons de visiter l'un des plus exceptionnels hôtels particuliers du Second Empire, l'hôtel dit « de la Païva », sis au 25 avenue des Champs-Élysées. Son maître d'ouvrage, Esther Lachmann, marquise de Païva (1819-1884), est une célèbre courtisane du XIXe siècle. Après avoir épousé le 5 juin 1851 Albino Francisco, marquis de Paiva Araújo, elle fit édifier cette demeure fastueuse entre 1856 et 1865, avec l'appui financier de son amant le comte Guido Henckel von Donnersmarck (un cousin fortuné du chancelier allemand Otto von Bismarck), qui sera son troisième mari.

Propriété du Traveller’s Club depuis 1907, l'hôtel construit par l’architecte Pierre Manguin (1815-1869) a conservé son décor initial inspiré par la Renaissance italienne. Pour la décoration, ce dernier s’entoura d’artistes jeunes ou déjà connus : Jean-Léon Gérôme, Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Paul Baudry, Eugène Delaplanche, Jules Dalou, Louis-Ernest Barrias, dont on peut encore juger des œuvres, à la différence du mobilier et des tableaux partis en Silésie quand la marquise quitta la France en 1877.

En 1865, après neuf ans de travaux et au prix de 10 millions de francs or, Manguin livre ce qui reste l'un des plus notables exemples de l’architecture privée sous Napoléon III.
Cette visite, qui sera conduite par Martine Debieuvre, est proposée en complément de la conférence donnée à la mairie du 11 par Éric Mension-Rigau le 14 novembre prochain
.

 

Mercredi 24 octobre 2018, 9h-18h

Manger à Paris de l’Antiquité à nos jours : de l’approvisionnement à l’esthétique culinaire

10e symposium de la mairie du 11, sous la direction de Joëlle Alazard et Christophe Henry, sur proposition de Martine Debieuvre

Les années 2010 ont remis en exergue les enjeux sociaux et politiques de l'art culinaire et plus généralement de la nutrition réfléchie : manger ne relève pas seulement de la nécessité physiologique, il s'agit aussi d'un choix culturel et idéologique qui affiche des croyances et des convictions, des éthiques et des identités.

Ce 10e symposium de la mairie du 11 explorera l'histoire parisienne d'un art qui nous est familier, mais dont on ignore la très progressive constitution au fil des siècles, de la découverte des nouveaux ingrédients aux expérimentations alchimiques dont la cuisine fut le laboratoire, de l'agriculture des saveurs à la constitution d'un savoir reproductible certes, mais toujours innovant et goûteux. À chaque moment de son histoire, l'art culinaire révèle l'accord complexe, gustatif et esthétique, qui unit le mangeur, le cuisinier, le mets et la société.

Les Symposium d'Histoire de l'art de la Mairie du 11 sont destinés à un large public d'amateurs, d'étudiants et de curieux. Les conférences proposées, d'une durée de 20 à 30 minutes, sont conçues par les intervenants (professeurs, conservateurs, chercheurs) pour être aisément accessibles et suivies de questions et d'échanges. Aucune formation, réservation ou inscription ne sont nécessaires.
                         [Crédit photo. Anonyme, Heures de Marguerite d’Orléans, XVe siècle, Paris, BnF (domaine public)

 

Samedi 6 octobre 2018, 14h-17h

Les Serres d'Auteuil

Circuit architectural sous la conduite d'Évelyne Denison

 

En 1895 la ville de Paris confie à son architecte, Jean Camille Formigé le chantier des Serres d’Auteuil, en attribuant au terrain une destination spécifique : la production horticole. Les travaux sont achevés en trois ans. Formigé a repris le principe des palaces de verre anglais popularisé en France sous le Second Empire (Serres du parc de la Tête d'or de Lyon, années 1860).

Construites en verre et en métal peint en bleu turquoise, les serres d'Auteuil, dont les dimensions sont remarquables, abritent un jardin équatorial, un palmarium, une orangerie et différentes collections thématiques, ainsi qu'une reconstitution de paysages de Nouvelle Calédonie et du Sahel.

Dans les alentours immédiats se dresse la délicieuse fontaine de Dalou qui invite joyeusement au culte du plaisir, ainsi qu'une seconde orangerie en meulière et briques pour les plantes en caisses que l'on déploie dans le jardin à partir du mois d'avril. Dans un rayon un peu plus large, sur les terrains alentour ont été aménagés un jardin japonais et un jardin méditerranéen.